Esteli – Jour 3 : sculptures et paysages

wp_20171127_12_00_36_pro_rAujourd’hui, on était comme en Provence ! On est allés dans la réserve de Tisey, et la forêt est toute sèche là-bas, avec des aiguilles de pin par terre et des roches qui affleurent (bon, y’avait aussi des volcans au fond mais bon…)

Pour arriver là-bas, on a du se lever a 5:30, c’était la grande joie. On a chopé un taxi pour les 4 bornes qui nous séparaient du terminal de bus, et on est partis à l’heure en mangeant des bananes et des biscuits, parce qu’à 6 heures du mat, tous les bus partent, mais y’a pas encore moyen de petit-déjeuner…

wp_20171127_07_45_03_pro_rOn a commencé la visite par la Finca El Jalacate, ou vivent Alberto Gutierrez, ses 3 frères et sa sœur. Ils sont vieux, c’est la ferme de leur famille, et Alberto est sculpteur. Ça fait 40 ans qu’il attaque la montagne avec un ciseau et un marteau (toujours les mêmes) et qu’il y marque ses obsessions : les grands animaux, les apôtres, les figures historiques nicas, et quelques autres. Le résultat est impressionnant, et il est ravi de nous en parler, quoique son discours est un peu décousu et revient à ses sujets de prédilection (les cyprès qu’il a semé récemment et la forêt comme elle est belle, entre deux éléphants et jaguars sculptés).

Comme on était arrivés tôt, on nous a offert un café et un gâteau dans la cuisine familiale, où jouaient des chatons sous la cuisinière au feu de bois. La sœur de Don Alberto, qui s’occupait de nous, nous a parlé de la pluie et du beau temps, avant de nous demander de payer notre café et de nous emmener dans la mini boutique d’artisanat « local ». On a été un peu déçus. Quand on a signé le registre des visiteurs en sortant, on a compris : environ 30 touristes par jour se paient la descente dans les graviers, traversent le bout de forêt et parcourent les chemins sculptés, depuis plusieurs années, pour un total de 80 000 personnes… Et le seul bus pour le coin est à 6:30… La plupart des gens doivent venir en 4×4 parce qu’on était les seuls touristes dans le bus… Heureusement que les vues sont pas trop moches !

wp_20171127_07_34_16_pro_r

On a continué vers le hameau de la Garnacha, connu pour sa fabrique de fromage. Y’a aussi d’autres artisans, et de jolies balades avec des vues fort fort lointaines (ben oui quand même, parce que le fromage bon… entre celle qui aime pas ça et celui qui vient de Franche-Comté, il en faut pour nous impressionner !). Du coup on a visité, et on s’est arrêtés casser la croûte. A la demande de certains, voici une photo d’un repas basique pas cher qu’on mange en moyenne 10 fois par semaine !

wp_20171127_10_51_33_rich_rUne assiette avec du riz, des haricots, du poulet. Un peu de salade, de la tortilla (qui est ici une galette et pas une omelette). Deux jus de fruits de saison, ici orange. Mine de rien, ça cale, donc parfois, on partage ! (et aujourd’hui, y’avait même un bout de fromage)

Le village commence à s’ouvrir aux tourisme en faisant visiter la fabrique de fromage, en améliorant les chemins de rando, qui sont en très bon état, avec des bancs et des ponts, mais qui sont encore très courts ! Ils essaient de mettre en place un tourisme « communautaire » comme on dit ici, c’est à dire de faire rentrer les touristes dans la vie quotidienne des habitants, et de verser directement le plus de profits possible aux gens du coin qui participent.

wp_20171127_10_00_24_pro_r

On a donc emprunté les deux principaux chemins (pour un total d’environ une heure, sieste sous les acacias incluse), et on est passés par le mirador sur le Cerro Apaguajil, d’où on voit, parait-il, jusqu’au Salvador. On est pas assez calés sur la géographie locale, mais on veut bien le croire, et de toute façon c’était beau !

panocerroapaguajilpano

Une fois notre balade terminée, on est allés vers la route défoncée où on devait retrouver le bus, mais on était en avance, alors on a fait du stop. C’est un chauffeur privé (genre Uber) qui rentrait vers Esteli et nous a emmenés (gratos), et ça faisait tellement longtemps qu’on avait pas été dans une voiture confortable, avec amortisseurs, radio correcte et ceinture de sécurité, qu’on était presque contents qu’il conduise comme un fou !

En rentrant, on a réalisé qu’on rentrait en France dans 16 jours, ça nous a fait un choc. On a quand même fait des pâtes dans la cuisine de l’auberge, et comme on s’en lasse pas, on vous met un dernier paysage avant d’aller au lit !

wp_20171127_08_35_28_pro_r

Des bisous, a demain !

Une pensée sur “Esteli – Jour 3 : sculptures et paysages”

  1. Ça a vraiment l’aire d’être un très très beau pays ce nicaragua !!
    Ne pensez surtout pas trop au retour, de toutes façons vous avez les billets d’avion . Au contraire profitez au maximum du temps prêsent dans ces beaux paysages et ensuite en écoutant du jazz à la nouvelle orleans, et profitez de cette vie de vacances et de rencontres sans vous prêoccuper de l’après.
    Bon je vous le dis quand léle pour l’après : ici on attend la neige jeudi !!!
    Des bisous de Franche Comté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.