Entrée au Costa Rica

Aujourd’hui, on a finalement décollé de notre petite île de Bastimentos.

Et c’était encore une grande journée de transport (donc pour les photos, faudra attendre encore un peu). On a donc enchainé un bateau vers Bocas, puis un autre bateau vers Almirante, puis un minibus vers la frontière, puis un bus vers San Jose.

Alors pour le minibus vers la frontière, on a fait un bon détour pour aller poser des passagers dans une base militaire dans les hauteurs au-dessus de Almirante. Même si on début on s’est demandé pourquoi on allait dans le mauvais sens, ça nous a permis d’avoir une belle vue de haut sur la mer et Bocas depuis la côte.

Le passage de la frontière s’est passé mieux que prévu. On pensait avoir éventuellement des problèmes car on n’a pas de billet de bus ou d’avion pour sortir du territoire, mais les billets États-Unis – France suffisent apparemment à prouver qu’on ne compte pas s’installer dans le pays (même si l’encre à un peu coulée avec l’usure du voyage et l’humidité).

En arrivant à la station de bus de l’autre coté de la frontière, on nous a annoncé que le prochain bus était à midi et durait 5h. Il était 11h30 à notre montre, alors on s’est dit qu’une demi-heure d’attente c’était pas si mal. Après quelques minutes de lecture, on s’est soudainement rappelés que ici on est à GMT – 6h, et que du coup c’était plus 1h30 d’attente ! Donc oui, pour ceux qui sont en France, le décalage avec nous reste le même qu’avant, -7h, puis que le changement d’heure entre le Panama et le Costa Rica correspond pour nous à un passage à l’heure d’hiver (pas d’heure d’été ou d’heure d’hiver en Amérique Centrale).

Sinon, le bus vers San Jose a au final duré un peu plus de 6h (pas de surprise, on commence à être habitués à la différence durée théorique / durée réelle 😉 ). Au début on a longé (de très près, la route longe vraiment la mer) la côte Caraïbe du coté de Puerto Viejo, avec ses curieuses plages de sable noir. On ne s’y arrêtera pas, on sort d’une semaine dans les Caraïbes coté Panama, on préfère changer un peu d’air et de paysages. Après la ville portuaire de Limon, la route part plein ouest vers San José, et une fois les innombrables stockages de containers passés, on traverse des forêts très denses, avec encore ici des bambous de taille impressionnantes qui semblent parfois s’effondrer sur la route tels un tsunami.

Ce soir on est donc à San Jose, dans les hauteurs du Costa Rica, où l’air est un peu plus frais (un peu, mais pas de quoi mettre une veste polaire non plus hein !). Il nous reste 67cents de dollars en poche et on a pas encore retiré de Colons (on avait calculé un peu juste la sortie du Panama…). On est posés au bar de l’hostel, plutôt sympa (on vient de voir un spectacle de jonglage enflammé), et on en profite pour se mettre à jour sur le blog (comment ça on avait du retard ?! :p ).

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. On devrait pas trop s’attarder à San Jose, mais on vous racontera ça demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.