Bocas del Toro – Jour 1 : palmiers et ukulélé

Ça y est ! On l’a notre ile tropicale avec mer turquoise et cahutes en bois ! On a aussi la fête à côté et quelques moustiques, mais rien ne peut être parfaitement parfait, et on sera très bien ici ! On voit la mer depuis le coin wifi-hamacs et on entend les grenouilles depuis notre chambre, qui ne coute pas cher et a quand même, attention les yeux, une moustiquaire, un ventilo et une multiprise !

On a commencé ce matin par un dernier petit déj dans l’espace commun de notre auberge forestière, en papotant avec les voyageurs et volontaires. Cet endroit était vraiment super sympa et je pense que la compagnie nous manquera un peu (et les soirées à thème au bar, avec des cocktails ridiculement pas cher).

On a donc pris un énième bus à fiabilité limitée, pour arriver à Almirante, port de départ pour l’archipel de Bocas del Toro.

wp_20171026_17_25_15_rich_r
Point de départ à Almirante

De là, une lancha couverte nous a emmené dans les îles, et par une coïncidence incroyable, à la fois le capitaine était à l’avant du bateau ET on a été beaucoup moins secoués par les vagues que dans les San Blas, et du coup c’était beaucoup plus sympa. Bocas-Town (capitale de l’archipel, située sur l’Isla Colon) a l’air d’être une ville touristique et festive, et comme c’est pas là qu’on dort, on a pris un autre bateau.

wp_20171026_17_46_03_rich_r
Front de mer de Bocas-Town

On est arrivés sur l’île de Bastimentos à l’heure du coucher du soleil et on a rejoint notre auberge, dans laquelle on restera une semaine. La ville est séparée en deux par une unique rue, parcourue à pied ou à vélo uniquement puisqu’il n’y a pas de voitures ici. La partie basse de la ville est ou au bord ou carrément sur la mer, et la partie haute est dans la forêt, oui, les paysages changent vite ici ! L’ensemble est sur pilotis, et comme le tourisme ne s’y est développé que récemment et s’oriente vers de l’éco-tourisme, on ne trouve que de l’eau de pluie et de l’électricité solaire. Pour l’électricité, c’est dur à vérifier pour l’instant, mais tous les bâtiments sont flanqués de grosses citernes reliées au gouttières, donc pour l’eau de pluie, on valide.

Nos activités principales pour les jours qui viendront seront d’un côté le tourisme, on ira dire bonjour aux coraux et observer les grenouilles rouges endémiques et menacées, et d’un autre côté on se ressourcera : on a besoin de faire de la lessive et de l’entretien de nos affaires, mais aussi de la couture, parce que nos sacs de rando vieillissent vite ces temps-ci, et du bricolage, et quelques dessins ne seraient pas du luxe, dernièrement c’était compliqué…

wp_20171026_17_30_31_rich_r
La forêt est partout dès qu’on sort de la ville. Vous avez vu comment les arbres font tous la même hauteur ?

On a aussi remarqué que même si on peut se loger pour pas trop cher, quand il s’agit de manger c’est une autre histoire. On est arrivés un peu tard et on a trouvés de très bons burgers, dans une auberge tenue par un belge, mais les prix étaient un peu décourageants, donc on va essayer de cuisiner pas mal nous mêmes, avec le matos disponible, c’est-à-dire pas grand chose.

C’est tout pour ce soir ! Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.