Nouvelle-Orléans – Jour 1 : promenade et découverte

Aujourd’hui, on explore un peu !

wp_20171205_11_34_00_panorama_rOn a émergé raisonnablement tard de notre sommeil de plomb, et Milan nous a guidé jusqu’à un super endroit pour un petit déj. On a découvert les grits, une sorte de rencontre entre du porridge et du riz-au-lait, mélangé dans ce cas avec du fromage (pas fort). Ensuite, on a marché dans les rues de Treme, le quartier de Milan, et on s’est assis sur un banc entre ombre et soleil pour papoter un bon moment.

wp_20171205_10_49_19_pro_r
On est passé devant ce sympathique potager urbain avec libre-service !

Comme pas mal de villes américaines, la densité des constructions est pas forcément liée à une position plus ou moins centrale, ni d’ailleurs au niveau de vie d’un quartier. Treme, quartier d’où ont émergé pas mal de musiciens de jazz, n’est pas très riche, mais malgré tout est composé de jolies maisons à un étage, peintes de couleurs douces, avec des jardins et des grands arbres. Comme partout, les rues sont larges et les voitures rutilantes (et monstrueuses).

wp_20171205_16_18_16_rich_r

En milieu d’après-midi, on est partis vers notre logement, un studio qu’on loue pour la semaine, à Mid-Town. C’est un quartier un peu plus chic, mais avec le même genre de maisons, quoiqu’un peu plus élaborées. Sur tout notre chemin (4km quand même), on a croisé des gens qui nous ont salué, des habitants sur des chaises à bascules sous les porches qui profitaient du soleil, tout le monde était très sympa et accueillant (même si on ne faisait que passer). J’en profite pour préciser qu’une énorme partie de la population est noire, et que l’accent local est superbe (combinaison d’accent afro-américain et d’accent des États du Sud), malheureusement j’ai peur qu’on soit trop blancs pour pouvoir parler comme ça sans faire tâche…

Notre chambre s’avère encore plus cool que prévu. On s’y était pris assez tard pour ne pas avoir beaucoup de choix dans nos prix, mais on s’en sort très très bien. On va pouvoir cuisiner un peu, on a une grande télé, le frigo et la cuisinière sont à la taille d’ici c’est-à-dire énormes, et y’avait même un après-shampooing qui sent la princesse… On est à quelques minutes du tram qui nous emmène au centre, et les prix des transports sont très corrects (comparés à Paris où même Toulouse !)

Avec ce tram old-school, peint en rouge et aux bancs de bois, on a rejoint le quartier Français pour le diner. Les rues portaient des noms comme Bourbon (la plus connue), mais aussi Toulouse, et c’est clairement le quartier de la fête et du tourisme. Comme le temps se gâtait et la pluie arrivait (avec un vent froid comme on en a pas eu depuis un bon moment), les restaus ont fermé tôt, et on a fini par trouver un coin pour manger du poisson frit à la mode locale et une jambalaya. On a pris le dessert dans un café, constitué d’un traditionnel beignet (chacun) couvert de sucre glace, avec du chocolat chaud !

wp_20171205_21_06_45_pro_r

Dans le centre-ville, les bâtiments sont plus hauts et les rues plus étroites, bien sur. Il y a aussi de gros travaux en ce moment pour rénover les égouts, qui étaient dans un tel état il y a quelques temps que les inondations ont causé un mélange avec l’eau de pluie et des remontées dans les réseaux. La bouffe du coin avait donc gout d’égout, et comme la bouffe, ici, c’est sacré, ils ont fini par  lancer les travaux ! Pas très loin, le quartier des affaires toise tout le monde avec ses tours illuminées, et les places couvertes de jardins offrent de bons points de vue.

wp_20171205_19_48_17_rich_r

On a fini par rentrer au chaud, passant acheter sur le chemin du lait et des céréales pour déjeuner demain matin dans une pharmacie ouverte 24/7 avec un drive-in (oui cette phrase est très étrange).

A demain, des bisous !

PS : n’oubliez pas l’article précédent qui est sorti en même temps ! Il est juste un peu plus bas 🙂

CatégoriesUSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.