Santa Fe de Antioquia – Jour 2 : wifi et limonade

Aujourd’hui, visite relax. Déjà, on a passé la matinée à vous envoyer les posts de toute la semaine dernière, on a du squatter le lobby de l’hôtel luxe à côté de notre auberge miteuse pour avoir un meilleur internet, et on s’est férocement battus contre une petite fille de 5 ans pour pouvoir téléphoner et réserver le bateau de demain matin.

On avait prévu depuis le début d’aller à Cartagena, ville coloniale aussi nommée Carthagène des Indes, qui ressemble un peu à Miami, est très touristique, au milieu de la côte caribéenne de Colombie. Aux alentours, il y a quelques parcs et réserves, mais surtout les grandes plages de Santa Martha et autres, adorées des touristes colombiens (tout le monde nous les a recommandées). Depuis Cartagena, on pensait prendre un bateau de 5 jours vers le Panama, dont 2 en pleine mer et 3 à parcourir l’archipel des Iles San Blas, minuscules iles paradisiaques habitées par les Kuna Yala. On a décidé de changer de plan : Cartagena, c’est à au moins 13h de bus de Medellín, les plages couvertes de transat ne nous intéressent pas des masses, et on a déjà passé beaucoup plus de temps que prévu en Colombie, parce que c’est grand et beau et varié, mais maintenant il faut avancer !

Ce soir tard, on prend donc un bus pour Necocli, dans la baie de Uraba, et demain matin tôt une lancha (c’est un bateau, mais on en sait pas plus) pour la petite ville inaccessible par la terre de Capurgana (Google Maps est votre ami). Ça a l’air très paradisiaque, c’est tout près de la frontière de Panama, et on y trouvera aussi des bateaux pour les San Blas, en 4 jours et sans la pleine mer. Ce soir donc, premier bus de nuit, demain premier bateau, et après, on aura peut-être plus trop non plus internet, parce que déjà, l’électricité ne tourne pas toute la journée, alors on sait pas trop…

Bon sinon pour aujourd’hui, on a visité la ville de Santa Fé sans en sortir, donc on a pas vu le super vieux pont suspendu (à 5km), mais on a bien vu les rues pavées, les cours magnifiques, ombragées et décorées de fontaines et de plantes suspendues, les églises toutes les 3 rues. On comprend aisément pourquoi les medellinois viennent y passer leurs week-ends, mais du coup les prix sont plus élevés et les assiettes moins copieuses qu’ailleurs, ce qui n’empêche pas les gens d’être super sympa, de rigoler avec et de nous, selon les cas. Parmi quelques expériences sympa, la patronne d’un restau un peu trop classe pour nous, qui éclate de rire quand on lui dit que c’est pas notre budget, finalement, et qui nous accompagne dehors en nous souhaitant tout de bon, ou les serveuses d’un hôtel classe aux petits soins pour nous tout l’aprem, pendant qu’on squattait leur canap, leur wifi et leurs prises de courant en sirotant de la limonade (c’est pas parce qu’on peut pas s’y payer la nuit qu’on doit se priver de leurs boissons maisons super bonnes !)

eglise-de-nuit

Niveau climat, on vit une transition violente : aujourd’hui, non seulement il n’a pas plu, mais on a passé la journée à avoir de modérément à gravement chaud ! Le short est à nouveau de sortie (les Colombiens nous ont bien fait comprendre leur approbation) et entre 10h et 14h, on cherche l’ombre ! Ça nous change, agréablement à certaines heures, moins à d’autres, mais on se prépare à plus de changement quand on sera en bord de mer.

Enfin, il parait aussi, et l’information est confirmée par plusieurs sources, qu’on a pas des gueules de gringos, qu’on pourrait passer pour des locaux, en gros, qu’il ne nous manque que la parole ! Souvent, les gens sont surpris quand on leur demande de répéter lentement, parce qu’avec nos cheveux bruns et notre bronzage (de randonneurs) (pour l’instant), on pourrait être des Colombiens en vadrouille. Dans l’ensemble, ça nous fait plutôt plaisir.

C’est tout pour ce soir ! A demain, à la mer, ou pas… Des bisous !

Une pensée sur “Santa Fe de Antioquia – Jour 2 : wifi et limonade”

  1. Je ne suis pas surprise que vous ayez tant ailé la Colombie, c’est le lays que j’avais prefere de tout mon voyage.
    Pas surprise non plus qu’on vous prenne pour des colombiens, yapuka parler couramment quoi !!
    Bravo pour votre périple, c’est ça le voyage avec ses dêcouvetes et ses rencontres qui le modifient .
    Et bravo pour ces arricles toujours vivants, bien écrits et qui nous permettent de bien imaginer les lieux et les gens .
    Bonne taversêe en bateau attention aux coups de soleil

    On vous embrasse tout plein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.