Mocoa – Jour 2 : ponts et cascade dans la jungle

Aujourd’hui, journée Indiana Jones dans la jungle !

Si ça c’est pas un pont vers l’arche perdue !

Avant tout, voici quelques champignons (que l’on a pas mangés … ni fumés)

Après avoir bien dormi, on a pas pris un petit dèj local (le poulet et le riz, on commence vraiment à s’en lasser), mais on s’est fait des tartines de confitures (pas très local, mais on s’est fait des oeufs très locaux).

On a ensuite pris un minibus qui passait pour aller à l’entrée du chemin vers la cascade de Hornoyaco. Après quelques minutes de descentes sur un chemin assez large, on a traversé un premier pont un peu branlant sur le Rio Mocoa, histoire de se mettre dans l’ambiance.

Pont sur le Rio Mocoa

On a ensuite suivi un chemin forestier qui s’est rapidement transformé en sentier fait de rondins de bois et de passages pierreux. Vu qu’il avait plu hier, c’était assez glissant en on a fait quelques grand écarts inattendus.

Début du sentier, on est déjà bien entouré de végétation
Les rondins de bois permettent d’avoir un sentier bien visible

Le sentier a ensuite plongé dans la jungle, et est devenu de plus en plus étroit, avec quelques ponts perdus au milieu d’une jungle luxuriante. On était seuls sur le sentier, on s’est pris pour des explorateurs (bon ok, des explorateurs à moins de 2h de marche d’une route et sur un sentier déjà construit par quelqu’un, mais on peut bien rêver non ?)

La dernière descente, assez longue, s’est faite dans un sentier de moins en moins visible en pleine jungle, avec heureusement quelques cordes pour s’aider dans les parties les plus abruptes (ce qui était rassurant, on savait qu’on était sur le bon chemin, ou en tout cas un chemin …)

Mais où est le chemin ?

On a finit par arriver à la cascade, content de ne pas s’être tordu une cheville ni s’être perdus. Et ça valait le coup ! On était seuls, perdus (façon de parler) au milieu de la jungle à contempler cette magnifique cascade de 50m de haut et la piscine naturelle d’eau claire qui s’est creusée a son pied.

Du coup évidemment on en a profité pour se baigner tout nus (non, on ne mettra pas ici les photos de Ben façon dieux du stade sous la cascade !). Elle était fraiche, mais ça faisait du bien, il commençait à faire chaud même sous les arbres.

Après s’être précipitamment rhabillés quand un australien et ses deux chiens sont arrivés pour faire trempette, on s’est tranquillement prélassés au soleil et Alice en a profité pour faire un dessin.

On a ensuite tranquillement refait le chemin inverse jusqu’à la route. De là on a pris une camioneta assez bondée pour aller en ville faire des courses (6 personnes dans la voiture, 4 avec des sacs et valises dans la remorque). Une fois rentrés à l’auberge en stop, on s’est tranquillement posé dans nos hamacs pour rédiger le blog. En bonus, on a filé un mini cours d’anglais au neveu de la proprio, c’était marrant.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Demain, c’est la fin du monde, mais on vous le racontera demain !

P.S :

Hier on vous a dit qu’on avait modifié un peu le fonctionnement des commentaires. En plus de les mettre sur la page d’accueil, on a fait en sorte que vous n’ayez pas à rentrer votre adresse mail (parce que c’est chiant, et parce qu’on respecte votre vie privée !).

Mais vu qu’on est pas très doués, ça  a crée un bug. Merci à ceux d’entre vous qui ont voulu laisser un petit mot gentil (on espère) et nous on prévenus.

Normalement, le problème est réglé (parfois, il faut un peu bidouiller le code avant que ça marche).

BONUS : Alice, la paparazzi des champignons :

Une pensée sur “Mocoa – Jour 2 : ponts et cascade dans la jungle”

  1. Coucou les petits !

    ça y est, ça marche ?
    Je peux dire, maintenant, que je suis le blog tous les jours, que je suis accro et que je refile l’adresse à tout le monde ?

    Que je suis rassurée chaque matin de constater que vous avez échappés aux ravins, aux narcos, aux papillons ?
    Que j’adore réviser tous les jours que vous en profitez, que vous êtes heureux, curieux, enthousiastes ?
    Que vous avez raison de rester loin, pour un temps, des cyclones, séismes, baisse des APL et manifestations métropolitaines…

    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.