Manizalés – Jour 1 : bus et thermes

Ce soir, nous sommes à Manizalés, où nous ne passerons qu’une seule nuit, avant de rejoindre Medellin.

Après la journée randonnée d’hier, avec ses 6 bonnes heures de marche (bon, ok, on a perdu 1h30 parce qu’on s’est paumés, mais bon…), on s’était dit qu’on ferait un petit saut à Manizalés pour profiter des petits thermes qui sont juste à coté de la ville (et beaucoup moins chers que les grands thermes plus touristiques près de Medellin) parce qu’après tout, on l’avait bien mérité !

Bon, le petit saut de Salento à Manizalés (petit comme 86km, mais quand même théoriquement 2h30 de bus) s’est avéré un peu plus long que prévu. En effet, on ne sait pas trop pourquoi (d’ailleurs le chauffeur de bus non plus), les deux seules voies d’accès à Manizalés depuis l’Ouest ont été coupées pendant plus de 2h ! Donc on a mis pas loin de 5h pour atteindre la ville.

Au moins le bus a du Wi-Fi !

On était partis tôt de Salento et les thermes ferment assez tard, donc on a quand même eu le temps d’aller faire trempette et se relaxer. Les thermes sont tout petits, seulement 3 petits bassins (à 28, 35 et 40°C), mais il n’y avait presque personne (à part quelques vieux, vu qu’on est en semaine, et les étudiants ou jeunes cadres dynamiques après 18h), et du coup c’était plutôt cool.

Ça nous à permis de discuter avec quelques Colombiens qui se prélassaient dans le bassin à 40°C. C’était assez sympa, et, outre entrainer notre espagnol, on en a aussi profité pour glaner quelques infos sur le pays, et apprendre quelques expressions. Par exemple, une sardine ce n’est pas une insulte, c’est juste une jeune fille (et son masculin, qui n’existe pas en français, c’est donc un jeune homme).

On a pas testé les massages, mais c’était quand même bien posé !

Après les thermes, on est retourné en ville en bus, ce qui nous à permis de nous faire (un peu brutalement) masser par les sièges du bus. En fait, la ville au niveau topographie c’est un peu comme Quito (voire pire), avec de très gros dénivelés et une ville qui se niche en longueur entre deux lignes de montagnes. Du coup les bus (enfin ici, c’est des busetas, des petits bus), roulent à tombeau ouvert (et nous, on prie pour que ce soit pas le nôtre) dans des quartiers très escarpés et sur des routes pas toujours au top de leur forme. Bref, massage gratuit pour les passagers !

On est ensuite rapidement passé voir la cathédrale (on a pas pris le temps de bien prendre la photo, on avait un peu trop la dalle), puis on a mangé près du téléphérique qui nous à ensuite ramené du coté du terminal de bus (oui, on dort encore dans un hôtel bas de gamme près du terminal de bus, mais il est pas si pire).

La flèche grimpe à 106m de haut, la plus haute de Colombie !

Le téléphérique, il est plutôt pas mal, et vu la distance qu’il parcourt au dessus des différentes pentes habitées de la ville, il est probablement bien plus rapide que les bus. Il offre également une vue sur une grosse partie de la ville. Bon, comme on avait quand même pas mal glandouillé aux thermes, on a eu la vue de nuit (qui n’est pas si mal non plus).

Manizalés by night
Ben – Portrait de nuit

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Demain, on voyage vers Medellín (génial, encore 5h de bus… , théoriquement… ). Plus d’infos sur la ville de Pablo Escobar dans le prochain post !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.