Guatapé – Jour 2 : intermède

Aujourd’hui, on est pas allés dans une ferme.

Finalement, ça les arrangeait plus qu’on arrive demain, de jour, qu’aujourd’hui de nuit, et comme ça, on a fait une bonne pause dans ce joli petit village. On a fait des courses pour là-bas, comme un gros bidon d’eau minérale ou de la confiture, parce qu’on sera à 1h de marche du village et qu’ils vont pas tout nous fournir, c’est pas non plus la colonie de vacances.

wp_20171004_15_49_09_rich_r
The Rock !

On en a profité pour visiter mieux (comprendre : faire des petites balades entre l’auberge et les différents lieux où on a mangé). Ce village est connu pour ses maisons peintes et surtout décorées par des bas-reliefs en ciment, peints eux-aussi. Souvent, on retrouve un thème propre à la maison : un artisan et ses outils sur un atelier, des instruments de musique sur une maison d’où on entend des leçons de piano… Parfois c’est beau, parfois c’est kitsch, et parfois c’est curieusement détaillé…

On en a aussi profité pour régler plein de trucs nuls mais qu’il faut faire parfois : la taxe d’habitation, et surtout les comptes. On est remontés jusqu’au mois d’août, parce que c’était le bazar, et pour le voyage, on a un espèce de fichier Excel de la mort pour contrôler nos dépenses par catégories, par date, par pays… Ça nous permet aussi de vérifier qu’on perd pas de l’argent parce que les pesos colombien, ça se compte par millier (sur les magasins, les prix sont affichés en dollars, en fait ça veut dire millier de pesos, et ça vaut même pas un dollar). Du coup ces temps-ci, on est millionnaires (mais pas en simultané, parce que les distributeurs sont limités à 600 000 de toute façon) et donc on se paie des soirées pizza aux chandelles !

wp_20171004_19_51_56_rich

Dans la catégorie rigolo, on a eu quelques beaux exemples de véhicules : on vous a déjà parlé des mototaxis, espèce de tuk-tuk à 3 roues abrité qui galère dans les côtes. Pendant notre repas en terrasse, on a pu en apercevoir plusieurs tunés, avec des néons multicolores et des lumières clignotantes. On a aussi constaté l’échec commercial de Deliveroo en Colombie rurale : les mototaxis livrent les pizzas de leurs potes. Enfin, la police locale se rend en soirée (on a pas de photo, désolée, ça le faisait pas) à 2 sur un scooter, vautrés en arrière, à toute vitesse en descente. C’était pas très crédible avec l’uniforme kaki et les brassards verts fluos, ça faisait plutôt soirée déguisée qui dégénère…

Demain matin, on prend le bus pour Tierra Dulce, une petite ferme du côté d’Alejandria, où on restera quelques jours. On pense qu’on aura internet mais au cas où, personne ne s’affole, on sera dans les champs de café la moitié du temps, dans les hamacs l’autre moitié ! Plein de bisous !

2 réponses sur “Guatapé – Jour 2 : intermède”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.