Chiriqui – Jour 2 : welcome to the jungle

Aujourd’hui, première journée dans la jungle panaméenne, et on a pas fait grand chose 😉

L’auberge est vraiment sympa, avec plusieurs bâtiments en plein milieu de la jungle reliées par des petits chemins et escaliers en pierre. Le seul inconvénient, c’est qu’on est loin de tout magasin. Mais l’auberge tient une petite épicerie et propose également des repas, avec un super grand « jungle bowl » (yaourt, céréales et fruits) pour le petit dèj. Depuis la terrasse du petit dèj, on a pu observer 2 gros singes pas très timides (à moins de 10m de nous !).

On pensait faire une des chasses au trésor dans la jungle proposée par l’auberge, mais il a plu des cordes une grande partie de la journée, donc à la place on en a profité pour se mettre à jour sur le blog et les comptes, et discuter avec d’autres voyageurs. L’auberge est assez grande et spacieuse pour accueillir pas mal de voyageurs, même si le dortoir est un peu encombré. Du coup c’est assez sympa dans les espaces communs, on peut discuter avec pas mal de gens d’un peu partout.

A midi on a pu leur montrer toute l’étendu de notre talent culinaire (spaghetti et sauce tomate). Et ce soir on les a également épatés avec notre combo soupe et omelette. Bon, il faut dire que même si on peut acheter quelques ingrédients ici, c’est quand même assez limité (et ça fait un bail qu’on a pas vu de l’huile d’olive ou du thym !).

Le soir c’était petite soirée au bar de l’auberge, qui est vraiment sympa (et en plus c’est happy hour de 8 à 9). Les jeux dispo sont vraiment cools, ça va du traditionnel babyfoot au plus rare jeu de jenga géant. C’est également la nuit que rocky, le petit kinkajou qui réside ici, sort de sa torpeur et du coup on peu aller lui faire des caresses 🙂

Voilà, pas grand grand chose à dire aujourd’hui, mais promis demain on va à la chasse au trésor, du coup on vous racontera nos aventures !

P.S : Petite minute culture gé. Le dernier dictateur du Panama, Noriega, a été renversé en 1989 par une invasion de l’armée américaine (qui a fait dans les 2000 morts civiles, pour le soft power, on repassera !). Noriega s’est alors réfugié à l’ambassade du Vatican. Pour le faire sortir tout en évitant d’envahir l’ambassade du Vatican (pour éviter de finir en enfer…), les soldats américains on juste bombardé l’ambassade de grosse musique rock (dont « welcome to the jungle », quand même pas très catholique) pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que le personnel diplomatique du Vatican en ait marre et jette Noriega dehors !

3 réponses sur “Chiriqui – Jour 2 : welcome to the jungle”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.