Capurgana – Jour 1 : bateaux et baignades

Ce soir on dort à Capurgana (cf. le super widget carte dont on n’arrête pas de faire la pub !), après probablement le plus grand voyage qu’on ait fait (presque) d’une seule traite (mis à part l’avion transatlantique, évidemment …).

Hier on a pris le bus de nuit de 11h (bon, en vrai c’était plus 11h30 avec le retard) à Santa Fe, pour arriver ce matin vers 6h30 à Necocli. Le bus était probablement un des meilleurs bus qu’on ait pris jusqu’ici. Bon, on n’a pas super bien dormi non plus, ça reste un bus, mais il était grand et confortable, avec des sièges très inclinables pour dormir, des prises USB et des bons amortisseurs. Y’avait même la clim, qui évidemment était réglée sur l’option congélation. Mais vu qu’on s’était déjà fait avoir avant dans le voyage, on avait prévu le coup et on avait pris les vestes polaires avec nous en partant de Santa Fe (alors qu’il faisait genre 25°C dehors !).

Necocli, y’a pas grand-chose, c’est pas particulièrement beau ni particulièrement moche, c’est surtout une petite ville portuaire d’où part la lancha pour Capurgana (y’en avait une autre qui partait de Turbo, ce qui nous aurait fait moins de route en bus, mais elle met beaucoup plus de temps). Du coup à part grignoter rapidement, acheter le billet de lancha et changer des dollars, on a surtout attendu l’heure du départ, qui était à 9h30 (en vrai 9h45 avec le retard…).

wp_20171013_06_45_39_pro_r
Lever du soleil sur Necocli

Dans la lancha on a eu de la chance, on est rentré en dernier, et du coup on était assis au fond, là où ça bouge moins, parce que les gens à l’avant ils avaient l’air de bien sauter ! Dans la lancha, qui est une petite vedette ou l’on entasse presque 70 personnes, on a un peu profité de la mer, mais vu qu’au bout d’un moment c’était lassant, on a surtout dormi (le trajet a duré plus d’1h30).

wp_20171013_013_r
Les embruns, ça faisait longtemps !

En arrivant à Capurgana on a commencé à chercher ou dormir, et on s’est rendu compte qu’il y avait un os : ce week-end, c’est la fête des escargots endémiques de Capurgana (alors pour le nom desdits escargots, on n’a pas trop retenu, on vous laisse chercher …). Du coup c’est grosse « musique » dans tout le bled (oui, il faut être ouvert aux différents goûts musicaux, mais la soupe techno-pop de l’été, ça a mauvais goût sur les tympans !). En plus lundi c’est férié pour les colombiens, alors ils viennent en masse se dorer la couenne dans le coin.

Du coup on a décidé d’aller voir un hostal qu’on avait repéré sur le net et qui est un peu à l’écart du village. On commençait à se mettre en route quand un taxi local (donc un cheval tirant une remorque à 2 roues) nous a proposé de nous emmener. On a accepté et bien nous en a pris. La remorque, ça bougeotte pas mal, mais ça permet de rester au sec quand on traverse les quelques rivières qui se sont créées en chemin avec les grosses pluies d’hier et de cette nuit.

Le cadre de l’hostal est vraiment cool, bien à l’écart du village (et de la musique), en pleine jungle avec plein d’animaux. En quelques heures, on a vu des tas d’oiseaux, des lézards, iguanes, singes et même un basilic (oui, c’est un animal qui existe, même si c’est pas un serpent géant de 30m 😉 ). Heureusement, il leur restait une chambre de libre (bon, c’est pas la meilleure, mais c’est correct et le cadre est vraiment cool).

En milieu d’aprèm on a été se baigner à la plage à côté de l’hostal. Ça nous fait du changement de bronzer à la plage et plus en randonnée dans les Andes ! En fin d’aprèm on a surtout glandé pour se reposer, et ce soir on a mangé à l’auberge en discutant avec une famille colombienne venue pour le week-end.

wp_20171013_13_49_26_pro_r
La plage à coté de l’hostel

C’est tout pour ce soir, plus de news dans le prochain article.

P.S : Vu qu’à Capurgana y’a déjà pas l’électricité tout le temps et qu’internet est assez rare, vous vous doutez bien qu’à l’hostal un peu perdu dans la jungle on a pas internet (mais on a l’électricité plusieurs heures par jour, ouf !). Du coup cet article sera posté quand on pourra.

Une pensée sur “Capurgana – Jour 1 : bateaux et baignades”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.